Français English

Faire dialoguer le muet: la mise en scène de la parole dans Un crabe dans la tête d’André Turpin

CHRISTINE TURGEON

 

Résumé

L’article qui suit propose une analyse des faits de paroles qui sont au cœur du propos du film Un crabe dans la tête (André Turpin, 2001). Il s’attarde d’abord au rôle sémiotique du silence, montrant qu’il se déploie en deux dimensions, dont l’une s’inscrit directement dans les dialogues (tacere) et l’autre signifie sur le plan métaphorique (silere). Il s’intéresse ensuite aux moyens employés par le cinéaste pour mettre en scène un personnage de sourde, surmontant les barrières du son et de la langue pour l’intégrer aux dialogues.

Pour lire l'article, téléchargez ce PDF.

 

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Détentrice d’un baccalauréat en études littéraires de l’Université du Québec à Montréal et d’un baccalauréat en enseignement secondaire de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), Christine Turgeon enseigne le français depuis 2008. En 2018, elle achèvera une maîtrise en lettres à l’UQAC sous la direction de Luc Vaillancourt. Dans le cadre de son mémoire de recherche-création, elle s’intéresse à la manière dont sont construits les rares personnages sourds dans le genre romanesque, ainsi qu’à la mise en mots des langues de signes dans le récit.

Mots-clés : surdité, mise en scène, communication, silence, voix